Map your mind

Dire le terrorisme c'est le lire. Et le lire parfois, ne peut mieux se réaliser qu'en le visualisant.

 

La section "Map your Mind" présente, sous une forme graphique accessible et simple des questions, des enjeux et  des situations complexes liés à l'une ou l'autre manifestation du terrorisme.

Les chemins du jihad ou le système Qa'idat al Um [1]

alt

Le chef historique de Qa'idat al-Um, Oussama Ben Laden est mort. Et les spéculations  bon train : qui remplaçera le défunt saoudien, que va devenir son organisation. Chacune de ces deux questions a son importance, pourtant...

A l'heure du bilan, et pour paraphraser Cyrano de Bergerac, il est pourtant un fait, un élément qui lui survivra : son système, le système Qa'idat al-Um. Conçu par Oussama Ben Laden au lendemain du conflit soviéto-afghan, ce système a connu son apogée en 2001. Les attentats du 11 septembre, la riposte américaine puis la perte sanctuaire afghan grippèrent la mécanique infernale ; mais seulement l'espace d'un court instant. al Qa'ida l'organisation comme le système se sont éteints sous des tapis de bombes, enterrés dans dans les décombres de Kandahar, perdus sous les gravats de Derunta. Il est alors essentiel de garantir la survie du mythe ; les hommes-clés doivent survivre. Les savoirs essentiels ne peuvent être perdus et leur tranmission doit se poursuivre. Impérativement. al Qa'ida, le système, s'éteint en Afghanistan.

Il renaitra en 2003 dans les zones tribales du Pakistan. Et ce système produira des hommes comme Abou Doujana al Khorasani, Moezeddine Garsallaoui ou encore Bryant Neal Vinas.

Lire la suite...

Délitement, énigmes et tribus : le puzzle yéménite

altAujourd’hui encore, le Yémen reste l'un des printemps arabes les moins médiatisés.  Mesuré à l'aune de sa médiatisation, le délitement de l’ « Arabia Felix[1] » suscite un intérêt au mieux poli, au pire convenu.

Par un étrange jeu de miroirs, l'Occident semble ne jamais avoir associé le président yéménite, Ali Abdullah Salah, aux potentats déchus de Tunisie ou d'Egypte.

Peut-être le doit-on au fait que le Yémen est terre de paradoxes : un pays dans lequel un homme arrivé au pouvoir il y plus de trente ans a régné de façon absolue sans que jamais son influence n'ai diminué le rôle de la famille, la primauté du clan et la loyauté aux tribus.

Peut-être le doit on aussi à l'obscure conviction que le président yéménite voyait juste lorsqu'il affirmait : "Diriger le Yémen c'est un peu comme danser sur la tête de serpents".

Lire la suite...

Documents originaux

 Documents de Sinjar (extrait): contenu & sens 1

 


Documents de Sinjar (extrait): Contenu & Sens 2

 


Documents de Sinjar (extrait) Contenu & Sens 3

 


Documents de Sinjar (traductions anglaises)

 


 Filières Iraquiennes, les facilitateurs tunisiens: rôles et fonctions