Sayf al-Adl arrêté au Caire ?

altSelon une première dépêche AFP reprise (notamment) par l'Orient le Jour, Sayf al-Adl, l'un des derniers chefs historiques de Qa'idat al-Um encore en vie aurait été arrêté ce jour (29 février 2012) à l'aéroport du Caire.

Embarqué au Pakistan, sur un vol de la compagnie Emirates ayant fait escale à Dubai, l'individu présenté comme al-Adl fut interpellé à sa descente d'avion.

Reprenant une information d'Associated Press, BBC News Middle East précisa rapidement que la personne mise en détention répondrait au patronyme de Mohammad Ibrahim Makkawi. Or, comme l'expliquent brillamment les articles de Vahid Brown et de Mohammed al-Shafey, et malgré des parcours communs, Makkawi n'est pas Sayf al-Adl.

Il y a moins d'une heure, AP publiait un nouvel article consolidant l'hypothèse selon laquelle les autorités égyptiennes détiendraient bien Makkawi et non Sayf al-Adl.

altLe 7avril 2010 le site http://www.weesa.net/ 1) répercutait une information alors distillée par la presse afghane, et qui se faisait l’écho de la libération présumée de Sayf al-Adl, longtemps considéré comme l’un des cinq personnages les plus importants de Qa'idat al-Um. Officiellement, l’ancien chef de la sécurité d’Oussama Ben Laden se trouvait en résidence surveillée en Iran depuis plus de neuf années. Sayf al-Adl aurait été l’un des responsables de Qa'idat al-Um libéré en échange du diplomate iranien, Heshmatollah Attarzadeh, enlevé par les Taliban dans le nord de l’Afghanistan en 2008.

Le 11 septembre 2010, le site Jih@d – News of Terrorism, Conflicts & War revenait à la charge.2) Le landerneau djihadiste bruissait de rumeurs quant à la libération, par les autorités iraniennes, du porte-parole d’al Qa’ida, Sulayman Abou Ghayth. Ce dernier aurait quitté l’Iran avec plusieurs membres de sa famille. Selon les sources du site Jih@d, Sulayman Abou Ghayth aurait fait partie du « troisième » groupe de dirigeants de Qa'idat al-Um  libérés ; un premier groupe comprenant Sa’ad Ben Laden, fils d’Oussama3) ; puis un second intégrant Sayf al Adel auraient également été libérés.

Sayf al-Adl aurait immédiatement rejoint la zone pakistano-afghane. Le sort de Sulayman Abou Ghayth demeurait plus obscur, certaines sources4) le situant au Yémen en lieu et place de la zone grise pakistano-afghane.5)

Depuis lors, la libération et le retour sur zone de Saif al-Adl avaientété  confirmés par Numan Ben Uthman alias Abou Mohammad al-Libi.6) S’exprimant dans les colonnes du Spiegel Online International7) le 25 octobre 2010, Bin Othman précisait « Il est désormais presque certain que Sayf al-Adl est libre ; qu’il se situe dans la province du Nord Waziristan et qu’il opère en qualité de responsable militaire pour al-Qa’ida ».

Evoquant l’homme et son importance, il ajoutait  alors «Avec quelqu’un comme Sayf al-Adl, il n’est même pas nécessaire qu’il agisse en personne. Ce qu’il a dans la tête suffit amplement».

Puis vint le silence. Un silence rompu une nouvelle fois par Leah Farrall. Dans un bref commentaire daté du 24 mars 2011 (All Things Counter Terrorism, Saif al-Adl), elle annonçait la publication de cinq lettres rédigées par le leader d'al Qa'ida.

La mort d'Oussama Ben Laden projetta une nouvelle fois al-Adl sur le devant de la scène. Nombreux furent les commentateurs et analystes à lui attribuer la succession du chef historique de Qa'idat al-Um. Certaines rumeurs le désignèrent même comme le responsable ad interim de l'organisation. Dans l'un comme l'autre cas, aucun communiqué ou texte de Qa'edat al-Um ne vint confirmer ces assertions.

L'annonce érronée de son arrestation au Caire est néanmoins à l'image des dernières années du très secret égyptien: énigmatique sinon chaotique. Dans une brève intervention sur Twitter, Leah Farrall8) renvoie à l'homonymie évoquée en introduction avant d'affirmer que Sayf al-Adl est toujours en Iran.

 

DEVELOPPEMENT SUIT


1) L’information est en ligne sur le site de leah Farrall, All Things Counter Terrorism (accessible via http://allthingscounterterrorism.com/2010/04/08/report-saif-al-adel-has-been-released/) le 8 avril 2010.

2) La dépêche évoquée est accessible via le lien : http://ojihad.wordpress.com/2010/09/11/al-qaeda-leaders-leave-iran-return-to-the-frontline/.

3) Sa’ad Ben Laden, fils d’Oussama et de Najwa Ghanem. Né en 1979 ou 1981 (selon les sources).

4) Notamment “Top Qaeda leaders move to Yemen from Iran: report”, accessible via le lien suivant : http://public.dawn.com/2010/11/11/top-qaeda-leaders-move-to-yemen-from-iran-report.htmlou encore via le lien suivant http://www.listenoire.ca/.

5) Cette thèse est présentée par le Long War Journal (Bill Roggio), article accessible vias le lien suivant : http://www.longwarjournal.org/archives/2010/09/osama_bin_ladens_spo.php.

6) Plus connu sous le nom de Noman Benotman, ancien membre du Groupe Islamique Combattant Libyen (GICL) et proche d’Oussama Ben Laden. Désormais membre de la Fondation Qilliam à Londres.

7) Yassin Musharbash,A Top Terrorist Returns to Al-Qaida Fold, accessible via le lien suivant : http://www.spiegel.de/international/world/0,1518,725181,00.html.

8) Leah Farrall a entretenu un longue correspondance avec Mustafa Hamid alias Abou Walid al-Masri, égyptien, beau-père de Sayf al-Adl et membre historique d'al-Qa'ida. Cela fait d'elle l'une des personnes très bien informées sur al-Adl.